webcombordx, la fin

Webcombordx, la fin

Parceque tout cela méritait bien quelques explications.

Bientôt deux mois que le site webcombordx n’a pas donné signe de vie… et vous vous demandez pourquoi. Bien que je pense que la majorité des visiteurs savent de quoi il en retourne, il me semble juste de donner quelques explications aux visiteurs qui se seraient retrouvés ici par hasard, après quelques clics ici ou là…

Pour faire simple : webcombordx n’existe pas et n’a jamais existé. Je m’appelle Alexis, j’ai 24 ans à l’heure ou j’écris ces lignes et ce blog a été créé et animé pour participer à un concours de SEO dans le cadre de ma formation à l’INSEEC Bordeaux : le fameux master Communication Digitale & Community Management. Le principe était simple : nous avions deux mois (du 11 janvier au 15 mars 2014) pour nous positionner sur le mot-clé… webcombordx, vous l’aurez compris. Le jour du lancement du concours, il n’y avait aucun résultat sur ce mot-clé sur le moteur de recherche Google.  J’en compte 4130 aujourd’hui.

C’était pour ma part une très bonne expérience. J’ai passé pas mal de temps à écrire les différents articles de ce blog et a trouver des astuces pour être mieux positionné. Je ne suis pas un expert en référencement, j’ai quelques bases mais je demeurai assez faible sur les techniques de netlinking par exemple… J’ai privilégié la régularité et la pertinence du contenu (=des articles sur ma promo, tous véridiques malgré le côté « fake » de ce site) au ranking bourrin à coût de backlinks à n’en plus finir. Résultat, le 15 mars dernier webcom-bordx.fr apparaissait à la seconde place du classement derrière une collègue qui, à priori, a su tirer parti des backlinks pour arriver à ses fins. Bien joué ! Ce genre d’expérience est vraiment formatrice et m’a appris que le référencement naturel n’était pas du tout une science exacte et qu’il fallait au contraire tester tout un tas de techniques pour se placer au plus haut, tout en sachant que les critères changent constamment… C’est assez marrant de voir que le site fait encore une bonne vingtaine de visites par jour et que certains visiteurs me contactent pour me demander plus d’informations sur le master.

Voilà donc, ceci sera probablement le dernier billet sur webcombordx. Sachez tout de même que les articles n’en restent pas moins assez révélateurs de la formation que j’ai reçu cette année. Une aubaine pour les futurs étudiants ;)

Alexis Fillon
Site personnel (à venir)
Twitter
LinkedIn
Google+

webcombordx bordeaux

Webcombordx, et après ?

Vous vous demandez surement ce qu’il va advenir de ce site maintenant que l’année est quasiment terminée pour les webcombordx. Afin de mieux comprendre, voici quelques dates clés.

La timeline des webcombordx

  • la fin des cours a eu lieu le 22 février, et oui déjà ! Rappelez-vous, on finissait en beauté en préparant notre examen sur Google AdWords
  • les examens se sont déroulés du 4 au 6 mars : on vous en a parlé toute la semaine avec les examens de Community Management, de PAO, SEO et l’étude de cas transversale.
  • Les webcombordx sont libres de commencer leur stage de fin d’études depuis le lundi 10 mars. 6 mois de stage viennent valider leur cursus.
  • En ce qui concerne le mémoire de recherche, le rendu pour la problématique et le plan de notre travail a été rendu le 8 mars dernier.

Deux grandes étapes encore pour les webcombordx : le stage de fin d’études tout d’abord. Les étudiants se divisent : certains ont choisi la capitale pour maximiser leur chance d’embauche bien que le marché du travail soit compliqué en ce moment (et oui, même dans le webmarketing !). Bien qu’il soit relativement facile de trouver un stage, en région parisienne ou ailleurs, c’est une autre paire de manche pour ce qui est d’un véritable job (CDD-CDI). On comprend les entreprises qui ont tout à gagner à embaucher un ou plusieurs stagiaires pour faire le boulot, mais un peu rageant côté étudiant quand on voit que certaines grosses entreprises ne jouent pas le jeu et reconduisent des stages de 6 mois alors qu’un emploi pourrait être créé…

La deuxième grande étape est bien entendu le fameux mémoire. 4 mois quasiment jour pour jour pour travailler sur ce document qui demande entre autre la réalisation d’une étude qualitative et/ou quantitative pour appuyer nos propos. On vous en parlait plus en détails dans cet article. Une fois notre stage commencé et que les beaux jours auront pointé le bout de leur nez, il va falloir se faire violence pour rester travailler sur notre mémoire et résister à l’appel des terrasses bondées lors des longues soirées d’été !

Webcombordx est mort, vive webcombordx !

Et bien entendu, une fois ces formalités accomplies, il sera temps de laisser la place à la promotion webcombordx suivante qui prendra place dans les locaux fin septembre. On leur souhaite bon courage. De notre côté, on tenait à remercier tous les intervenants qui ont fait le déplacement et qui ont pris le temps de nous transmettre leurs savoirs, leurs expériences pendant cette année scolaire. On aurait toujours à redire sur l’école, la formation, la pédagogie, parce que les webcombordx sont toujours très critiques, mais on retiendra une très bonne expérience qui vient clôturer nos études en beauté.

gad elmaleh sur scène

Le bad buzz Gad Elmaleh / LCL analysé par les webcombordx

9 février 2014, c’est la grande première pour le nouvelle pub de LCL sur les écrans de télévision français. Gad Elmaleh succède à bon nombre de stars du PAF et déballe son « faux sketch » sous les yeux des téléspectateurs qui ne s’y retrouvent pas vraiment. Une des personnalités les plus aimées des français découvre alors les effets pervers des réseaux sociaux. Une publicité comme celle délivrée par le LCL en ce début d’année n’aurait eu que peu d’écho il y a dix ans, quand le web 2.0 n’était qu’a ses débuts et que les réseaux sociaux n’étaient pas un passage obligée sur le web. Malheureusement les habitudes des téléspectateurs et des internautes ont changé. On a la critique facile, puisque les technologies actuelles permettent une tout relative « libre expression » que certains s’approprient sans gêne. 

Notre humoriste a donc fait les frais des trolls mais pas que : l’opinion générale des fans est plutôt mauvaise à en juger par les messages observés sur les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter principalement. Les webcombordx vont aborder dans cette étude de cas les différentes facettes de l’affaire Gad / LCL :

  • L’impact de cette communication sur l’image de Gad Elmaleh
  • La stratégie de LCL face à ce « bad buzz »
  • Les actions à mener par l’humoriste pour améliorer son image

I – Quel impact pour la pub LCL sur l’image de l’humoriste Gad Elmaleh ? 

Nous allons d’abord nous pencher sur les retombées du côté de l’humoriste pour analyse ce bad buzz. Afin de mesurer l’impact de cet accroc sur le web français, les webcombordx vous conseillent d’utiliser plusieurs outils qui permettront de filtrer le contenu disponible sur le web et les réseaux sociaux pour ressortir les articles et messages concernant la publicité de LCL. Mais avant tout, il convient d’observer de manière plus générale la visibilité de l’humoriste en date du 6 mars 2014, 25 jours soit près d’un mois après la première diffusion télévisuelle de la réclame. Une première première approche sur le moteur de recherche de Google paraît plutôt rassurante.

recherche google gad elmaleh

Recherche effectuée sur le serveur 74.125.132.94 en mode navigation privée sur google.fr

 

Une recherche « propre », c’est à dire sans historique de navigation et sans être connecté à un compte Google nous renvoie les résultats suivants. La seule mention de l’affaire LCL apparaît en 9ème position dans les résultats de recherche : c’est l’article du quotidien Le Point titrant « La (mauvaise) pub de Gad Elmaleh pour LCL ». Il est rassurant de voir qu’une mention de cette affaire n’apparaît pas dans le contenu enrichi correspondant à Google Actualités. 

Une des actualités présentées attire pourtant notre attention : « La « mort » de Gad Elmaleh affole la toile » : il s’agit en fait d’un twittos mal intentionnée qui a récemment répandu la nouvelle sur Twitter comme quoi Gad Elmaleh serait mort en utilisant le hashtag #RIPGadElmaleh. Il n’en faut pas plus pour affoler la toile et susciter les interrogations. D’après les rumeurs, ce serait une sorte de vengeance d’un fan déçu de la participation de l’humoriste à une publicité jugée très médiocre… Pour ce qui est du reste des résultats, nous trouvons les réseaux sociaux « officiels » de l’artiste qui est très présent sur Facebook et Twitter. Aucun site officiel à l’horizon : il existe pourtant mais ne présente qu’une seule page redirigeant vers les réseaux sociaux de l’artiste cités précédemment.

Nous allons maintenant utiliser l’outil Mention permettant de recenser les messages concernant l’artiste sur le web et les classer selon leur provenance et surtout, dégager un sentiment général sur les messages recueillis. Dans un soucis de cohérence au niveau des statistiques, des tests ont aussi été effectués grâce à l’outil Bringr qui propose sensiblement la même analyste statistiques que Mention. Les données collectées semblent plus importantes et représentatives sur Mention, ce qui explique le choix de se concentrer sur cet outil.

Nous verrons que ce buzz, bien qu’il ne faille pas le prendre à la légère, n’est pas non plus un drame pour la réputation de l’artiste et qu’il convient de le minimiser, voir même, pour un humoriste, d’en rigoler…

sources des mentions gad elmaleh

Répartition des mentions par provenance (outil Mention)

L’alerte créée sur Mention récupère l’ensemble des messages content l’expression « Gad Elmaleh ». Les webcombordx ont remarqués que la twittosphère est très réactive en ce qui concerne l’humoriste, suivi loin derrière par Facebook et les autres plate-formes (agrégateurs d’actualités, blogs, vidéos, forums…).

analyse de sentiment mention gad elmaleh

Analyse de la tonalité des messages sur la requête « Gad Elmaleh »

Une analyse de sentiment rassurante par rapport au messages récupérées par notre outil : seul 4,45% des mentions seraient négatives concernant l’humoriste. Des données à relativiser cependant, l’analyse des sentiments n’étant pas toujours une science exacte, il se peut qu’un bon nombre de mentions négatives aient été considérées comme neutre de part l’analyse sémantique des messages (tweets, posts, etc…).

Comme souvent sur la toile et en particulier sur la twittosphère, les bad buzz de ce genre sont très vites repris mais aussi très vite oubliés : il suffit qu’un autre buzz (qu’il soit bon ou pas !) remonte à la surface pour que le web s’en empare et passe à autre chose. C’est le cas avec l’affaire Gad / LCL.

recherche google tendances des recherche gad elmaleh

Evolution du trafic sur la recherche « Gad Elmaleh » sur Google Tendances des Recherches (Google Trends)

 

Voici la courbe obtenue sur la recherche « Gad Elmaleh » sur l’outil Google Tendances des Recherches (Google Trends) pour la période Juin 2013 – Mars 2014. Cette courbe nous permet de mieux comprendre l’impact de ce bad buzz comparé à l’ensemble des conversation concernant l’artiste sur l’année passée :

  • Le pic de recherche de Juillet 2013 correspond à la sortie du film d’animation Moi, Moche & Méchant 2 pour lequel Gad Elmaleh prête sa voix au personnage principal, Gru. Ce pic coïncide également avec l’annonce des premières dates de sa nouvelle tournée « Gad Elmaleh Sans Tambour »
  • Le pic de recherche de fin Décembre 2013 correspond à la naissance du petit Raphaël Elmaleh, fruit de l’union de l’humoriste avec Charlotte Casiraghi, membre de la famille princière de Monaco qu’il fréquente depuis 2011.
  • Le pic de recherche de Février 2014 correspond évidemment au bad-buzz de la pub LCL.

On constate donc une hausse évidente de l’intérêt pour l’artiste sur le mois de Février. Cependant, le pic observé est bien moindre comparé aux autres événements de la vie de l’artiste. De plus, le buzz semble être de courte durée, en témoigne les statistiques de la page Facebook créée pour l’occasion « Pour que Gad Elmaleh s’excuse pour sa pub LCL »

statistiques facebook contre la pub lcl

Statistiques de la page « Pour que Gad Elmaleh s’excuse pour sa pub LCL »

 

Bien que le nombre de fans de cette page créée par des détracteurs peut être considérée comme élevé (637 fans à l’heure actuelle), il est à mettre en relation avec le nombre de « fans » de l’artiste sur sa page officielle qui s’élève à plus de 4,1 millions. Un coup d’épée dans l’eau comme on dit, surtout que les statistiques de cette page montre que l’intérêt pour cette page est bien vite retombé, de plus de 600 personnes qui en parlent pendant la semaine du 20 février à un peu plus de 100 personnes la semaine passée.

Bien que Gad Elmaleh ait été la victime des internautes qui crient au scandale, moins d’un mois après l’affaire, c’est le calme plat sur internet et les réseaux sociaux.

II – Quelle stratégie pour LCL face à ce bad buzz ?

La banque à l’origine de la publicité semble pourtant mieux s’en tirer que l’artiste dans cette affaire, mais est-ce vraiment le cas ? On ne peux qu’être surpris que les internautes s’en prennent à une personnalité très appréciée plutôt que de lancer une énième pique aux banques qui font pourtant bien souvent grincer les dents.

Toujours grâce à l’outil Mention, il semblerait que les opinions soit partagés. Néanmoins il n’est pas étonnant de trouver 9,84% de mentions négatives quand on sait que les banques sont très souvent attaquées, que ce soit sur internet ou dans les médias et l’opinion publique en général.

analyse de sentiment mention lcl

Analyse de la tonalité des messages sur la requête « LCL »

Pour le reste, il semblerait que la stratégie de LCL soit très claire : aucun message concernant le spot TV n’a été recensé sur les réseaux sociaux. Il faut noter que la banque est présente sur Facebook sur une page recensant plus de 22.000 fans. Par contre, il est intéressant de noter que le mur est privé : les internautes ne peuvent donc pas publier librement sur la page de leur banque, mis à part les commentaires. Certains « fans » ne se privent pas de leur rappeler l’échec de la pub mettant en scène Gad Elmaleh, mais le buzz s’arrête là…

LCL est au final très peu présente sur les réseaux sociaux mis à part cette page Facebook. On recense deux comptes Twitter @lclbanque et @banqueLCL qui ne comptabilisent aucun abonnés et abonnements. Étrange ! Aucune prise de parole n’a été recensé sur les réseaux sociaux ou sur le site officiel de la banque. Et si c’était la bonne stratégie ?

Cette stratégie semble être payante : le buzz s’essouffle, et cette publicité ne sera bientôt qu’un mauvais souvenir pour la banque et l’humoriste. C’est une stratégie à double tranchant que la banque à choisie : soit le buzz s’essouffle au bout de quelques jours / semaines, soit le manque de réactions de la part de la banque et de l’artiste inculque un nouveau souffle à l’affaire qui dérive vers le bad-buzz prolongé… LCL a choisi une stratégie risquée mais qui aura permit d’éviter l’effet streisand : rebondir sur le buzz avec des excuses n’aurait fait que l’amplifier et lui donner l’importance qu’il ne mérite peut-être pas.

 

Du côté de LCL, on retiendra surtout cet investissement raté, puisqu’il semblerait que le cachet de l’artiste s’élève à plus de 400.000€ ! C’est d’autant plus dommage que la saga publicitaire LCL était jusque là une réussite : moins d’investissements que les concurrents pour une notoriété spontanée supérieure.

III – Quelles actions pour Gad Elmaleh afin d’améliorer son image ?

Il reste le choix de Gad Elmaleh qui s’avère décisif dans cette affaire : soit l’artiste décide de suivre le stratégie de la banque en ne publiant aucune réaction quant à cette affaire, soit l’humoriste choisit de céder à la pression d’une minorité de ces fans en prenant la parole sur les réseaux sociaux ou bien dans d’autres médias (TV et radio par exemple où il intervient de temps à autre).

Il paraît plus logique de suivre la banque compte-tenu des résultats observés sur internet grâce à des outils de veille et l’analyse des résultats de recherche sur Google. On ne peut que conseiller à Gad Elmaleh et surtout ses agents et mettre en place une veille solide grâce aux outils cités précédemment : Mention et Bringr sont plus puissants que Google Alertes et permettent de se tenir au courant de la tendance générale des messages et contenus postés à son égard.

En ce qui concerne les résultats de recherche, difficile d’en contrôler les résultats directement. On peut néanmoins conseiller à l’humoriste de veiller sur la première page des SERPs et d’utiliser un outil de veille pour l’e-reputation tel que Reputation VIP. Il permet de qualifier (positif / neutre / négatif) chaque résultat pour une requête donnée et d’obtenir de nombreux axes d’améliorations pour faire remonter des résultats pertinents dans les premières positions sur le moteur de recherche Google. Une solution payante est également proposée, la Forteresse Digitale, qui permet de contrôler plus facilement son e-reputation.

Par ailleurs, il est intéressant de notifier que jusqu’à la première diffusion de la publicité LCL, la page Facebook officielle de Gad Elmaleh gagnait en moyenne entre 22 000 et 26 000 fans en moyenne par semaine. Cette progression s’est arrêtée nette du 10 au 15 février, période pendant laquelle Gad Elmaleh n’a pas gagné un seul fan pour ensuite rebondir la semaine suivant avec près de 500 000 fans acquis ! On imagine aisément que les gestionnaires du compte de l’humoriste ont tout simplement coupé les investissements publicitaires la semaine suivant la première diffusion de la publicité pour ensuite booster leurs investissements la semaine suivante afin de reconquérir une bonne dose de fans. Pourquoi pas ?

explication statistiques fan facebook gad elmaleh   

Conclusion

L’enseignement à tirer de cette affaire est qu’il est maintenant très difficile de réaliser une publicité sans prendre en compte les retombées sur le web, et en particulier les réseaux sociaux. Chaque choix, tant au niveau du scénario que des acteurs, en passant par le ton et la nature du message à faire passer : il est impératif de faire appel à des experts en communication globale et digitale pour pouvoir éviter le bad-buzz. Bien entendu, il reste très difficile de prévoir l’ensemble des réactions des internautes mais la prudence est de rigueur…

En guise de conclusion, notons que Gad Elmaleh lui-même a récemment cité cette malheureuse aventure avec le LCL lors d’une représentation donnée pour son nouveau spectacle dont on ne doute pas du succès puisque plus d’une trentaine de dates affichent déjà complet. Preuve est faite que l’image de l’humoriste n’est pas si entachée que ça. Une simple erreur de parcours que les français lui pardonneront volontiers…

“Quand j’ai rencontré le pape, je lui ai demandé si parfois, ça lui arrivait de douter de sa foi. Il a souri et je lisais dans son sourire qu’il me prenait pour un con. Ben oui, c’est comme si tu demandais à Clooney ce qu’il pense de Nespresso ou à moi, si LCL, c’est bien.”

Gad Elmaleh, lors de sa représentation au Cirque Royal à Bruxelles le mercredi 5 mars 2014

 

webcombordx seo

[Examens] Les webcombordx aident Léa pour son SEO !

Les doutes planaient encore sur une éventuelle épreuve de référencement lors de ces examens… et il faut bien dire que mercredi dernier en tout début d’après-midi, les webcombordx se préparaient pour ce qu’ils pensaient être l’étude de cas transversale ! Que nenni, c’est bel et bien une épreuve de référencement naturel qui les attendaient pour les 4 prochaines heures. Parmis de nombreuses mines déconfites chez certains, on semblait apercevoir des sourires timides chez les autres…

mobilier interieur lea capture d'ecran

Le Mobilier Intérieur de Léa, c’est ça !

Léa et ses problèmes de référencement

Après quelques déboires avec les autorités concernant la forme du rendu de cette épreuve (certains webcombordx se sont clairement opposés à l’utilisation d’un papier et d’un crayon pour produire un rapport SEO qui nécessite l’utilisation d’outil en ligne et la réalisation de captures d’écran à la pelle pour appuyer leurs propos), le sujet est apparu devant leurs yeux. C’est donc le site du mobilier intérieur de Léa, appartenant à l’entreprise Le Monde de Léa qui sera l’objet d’une recherche approfondie sur son référencement. A première vue rien d’anormal, si ce n’est que chaque univers du Monde de Léa comporte sa propre URL, intriguant n’est ce pas ?

  • Nous travaillons donc sur « le-mobilier-interieur-de-lea.fr » uniquement
  • La partie chauffage est accessible via l’URL « le-chauffage-de-lea.fr »
  • La partie salle de bain est accessible via « le-chauffage-de-lea.fr »
  • … et ainsi de suite pour les autres univers

Notre mission est la suivante : effectuer un audit technique, éditorial et de popularité du site précédemment nommé (rappelez-vous de la pyramide du SEO présentée il y a quelques jours, la voilà !). La suite du travail est d’effectuer une recommandation en dégageant les actions à mener en priorité et des axes d’amélioration pour augmenter le taux de conversion du site e-commerce.

On enclenche alors les premiers tests sur différents outils afin de mieux comprendre comment fonctionne ce site qui tourne sous Prestashop. Les webcombordx relèvent quelques petits problèmes sur la partie technique : des optimisations sont à prévoir sur la structure des liens, la compression des CSS et Javascript, l’utilisation du cache des navigateurs… On note de bonnes choses côté liens entrants avec une ingénieuse stratégie de nom de domaine utilisés en temps que backlinks grâce à des liens sitewide évidemment puisqu’ils apparaissent dans le menu contextuel dans la partie supérieure du site.

Les outils utilisés par les webcombordx

Avec ces outils, vous devriez être parés pour faire un bon audit de votre propre site web. Vous en connaissez d’autres, des meilleurs, des plus performants ? N’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires !

google plus webcombordx

[Examens] Google+ et Data Visualisation

On ne peut pas dire que l’utilisation des logiciels de PAO (Photoshop et Illustrator en tête de liste cette année) soit innée pour les webcombordx… Pas le choix cependant : il est vrai qu’il peut être très pratique de maîtriser ses logiciels, ne serait-ce que pour savoir comment guider un webdesigner ou un directeur artistique dans une démarche de création cohérente. Et pour les plus petites structures, ce sera souvent nous, les Community Managers qui seront livrés à nous-même pour sortir des créations visuelles ! C’est pour ces différentes raisons que les webcombordx ont assistés à trois cours sur ces logiciels cette année : premiers contacts avec la suite Adobe pour certains, perfectionnement pour d’autres. Une chose est sure : l’apprentissage à été rude, et les piètres performances des webcombordx sur la réalisation d’une infographie sur la suite du film Le Hobbit nous a mené tout droit vers cet examen…

Il faut dire que le sourire marqué de notre professeur dès le matin de notre épreuve en disait long sur son contenu. Chacun derrière son ordinateur, on démarre fébrilement Photoshop et Illustrator… Le sujet tombe : on nous remet une étude réalisée par l’institut Ifop : « L’observatoire des médias sociaux » datant de décembre 2013 ainsi que le communiqué qui lui est associé et le travail demandé qui n’est autre que la réalisation d’une infographie sur l’utilisation du réseau social Google+ par les français. L’idée est donc de trier dans la masse d’informations et de statistiques qui nous est fournie pour en dégager les principaux chiffres concernant Google+ et les mettre en valeur visuellement parlant. C’est parti, vous avez 3h.

Nous vous présentons donc aujourd’hui la réalisation d’un des webcombordx présent sur place. On y trouve des chiffres intéressants sur la notoriété et le nombre d’inscrits au réseau social, ainsi que le profil type de l’internaute membre de Google+, la fréquence d’utilisation des inscrits et l’évolution du réseau social en terme d’utilisateurs (taux d’inscrits). L’idée était d’utiliser les logos des réseaux sociaux faisant parti des différents classement sur un fond rouge : pas forcément facile de les faire ressortir ! L’utilisation du blanc est donc préférable, ainsi que les nuances de verts, couleur complémentaire du rouge utilisé par Google+. On attends votre avis sur cette infographie et on vous invite à lire l’ensemble de l’étude qui brille sur la toile grâce au hashtag #IFOPREZOSOCIO !

L’infographie Google+ réalisée par notre webcombordx

 

infographie google+ webcombordx